Blog informatique et High-Tech

APP STORE OFFICE 2013 pour le web

|

Les « Apps » sont partout. Même si ce qui les différencie des programmes, des logiciels ou des applications n’est qu’un abus de langage, l’idée «d’App» induit aujourd’hui celle de programmes minimalistes, dédiés à une tâche, typiquement mobile et connectée. Elle marque avant tout un retour à la simplicité et l’immédiateté. Après avoir envahi les smartphones, les tablettes, et même Windows – avec Windows 8 et son Windows Store -, elles font aujourd’hui leur apparition dans l’univers bureautique Office. Et lorsqu’on évoque ici Office, on parle non seulement d’Office 2013, mais aussi d’Office 365, SharePoint 2013, SharePoint Online et même les Office Web Apps – des Apps pour Office Web Apps, chez MS on est adepte de toutes les confusions possibles ! Rappelons qu’Office 2013 est déjà disponible pour les entreprises et que son arrivée dans les réseaux grand public est attendue en janvier – tout en rappelant que Microsoft Surface RT en bénéficie déjà en standard depuis sa sortie ! Petit rappel Il est une chose que l’utilisateur oublie souvent, mais qui explique à la fois le succès d’Office en entreprise et sa longévité. Office est bien plus qu’une suite bureautique. C’est une plate-forme sur laquelle on peut bâtir de vraies applications métier, et un écosystème composé de serveurs, de clients, de frameworks de développement et de partenaires. Aujourd’hui, la plupart des applications métier tournant sous Office sont soit des macros écrites en VBA, soit des add-ins conçus en C#/VB.NET via VSTO (Visual Studio Tools for Office), soit des «WebParts» construits au-dessus de SharePoint et de la Bl Microsoft. 2012 étant l’année des grands chambardements chez Microsoft, Office ne pouvait pas, lui non plus, ne pas voir son écosystème entièrement transformé. Des Apps pour Office Avec Office 365, Office 2013 et SharePoint 2013 débarque donc l’idée d’«Apps pour Office» avec bien évidemment l’apparition d’un «App Store Office», le concept de Store étant bien évidemment d’indissociable de celui d’App. Il existe cependant quelques vraies raisons, autres que purement marketing et financières – tout revenu complémentaire est bon à prendre -, derrière ce changement annoncé. Le Cloud non seulement bouleverse les usages des consommateurs et les habitudes – et schémas économiques – des entreprises, il impose un univers connecté et des modes de distribution radicalement différents. Avec le succès rencontré par Office 365, la montée en puissance des versions web (Office Web Apps) et la diversité des terminaux mobiles, les ingénieurs de Microsoft se sont retrouvés confrontés aux limites des plates-formes VBA et VSTO qui soutiennent les développements métier. Il leur fallait inventer une nouvelle plate-forme, une nouvelle architecture, qui puisse s’étendre à travers les multiples formes d’Office (logiciels Windows, serveurs on permît, serveurs hébergés, mobiles, accès depuis un navigateur) et à même de combiner la puissance d’Office avec l’ubiquité du Web. Et hop… encore un nouveau runtime ! Pour réinventer la plate-forme Office, Microsoft s’est appuyé sur trois constatations : • les Apps sont partout, le concept est devenu universel, les développeurs l’adorent et c’est aussi une source de revenus complémentaires; • les standards du Web sont aujourd’hui matures, maîtrisés par le plus grand nombre et dominent toutes les plates-formes qu’elles soient mobiles ou non ; • de par les besoins imposés par le Cloud et les services mobiles, la plupart des entreprises exposent aujourd’hui leurs données sur Internet au travers d’API RESTful. Ils en ont induit un nouveau modèle d’Apps pour Office s’appuyant sur un nouveau Runtime. Ce nouveau modèle s’appuie sur les standards du Web (HTML5, CSS, JavaScript, OAuth,  etc.), sur une exécution «sandboxée » sécurisée, et sur un schéma d’exécution interdisant tout impact de performances sur les composantes de la suite Office ou sur SharePoint. Officiellement, les anciens modèles de développement (VBA, VSTO et add-ins COM) ne disparaissent pas et restent supportés par Office 2013. Ou plus précisément par les éditions professionnelles d’Office 2013. À en juger par la version « Home & Students » intégrée dans Surface, les anciens modèles ne sont pas supportés dans les versions familiales du produit alors que le nouveau, lui, est bien présent – VBA n’était déjà pas présent dans les versions gratuites «Starter» d’Office 2010, aujourd’hui disparues. Un App Store pour Office Microsoft estime que plus de 1 milliard de personnes utilisent aujourd’hui Office dans le monde – selon une info glanée lors de la WPC 2012, il s’en vendrait une copie par seconde dans le monde… C’est forcément une opportunité pour les développeurs et une raison suffisante pour implémenter un «store» à même de regrouper les développements et d’en assurer la diffusion. La nouvelle plate-forme permet d’ajouter des fonctionnalités sociales, collaboratives, financières ou verticales au coeur de Word, Excel, PowerPoint, mais aussi Outlook et SharePoint, que ces versions soient utilisées « on Premises » ou « en ligne » via Office Web Apps, OWA (Outlook Web Access) et Office 365 – avec Exchange Online et SharePoint Online. Contrairement aux développements réalisés jusqu’ici, l’intégration et l’accès à ces nouvelles Apps sera largement simplifié. Microsoft a développé une interface utilisateur simple et conviviale qui permet d’accéder l’Office App Store sans quitter la suite.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

*